L'évolution du démarreur à distance

L'évolution du démarreur à distance

Actualités

Un des premiers démarreurs à distance sur le marché a été lancé dans les Prairies, par une compagnie de Winnipeg, A.A. Auto Matic Products Limited. Les vents secs de l’hiver ont amené cette première solution électronique.

 

À la fin de 1968, le démarreur sans fil « Radio Motor » de Ramostar, une compagnie située en banlieue de Chicago, en Illinois, était à la mode selon un des magazines de l’époque « Popular Sciences ». Le Radio Motor n’était pas donné ! 595$ US ce qui représentait, en 1968, le 1/3 du prix d’une Toyota ou celui d’un véhicule Rambler de six ans.

Au début des années 1990, VitroPlus ajoutait le démarreur à distance à sa gamme de produits électroniques. Ce modèle était petit et présentait qu’une fonction, quel répit!

Le produit a ensuite évolué pour offrir des options pour le coffre arrière, le système d’alarme et le verrouillage/déverrouillage des portières.

 

L’ÈRE DES TÉLÉPHONES INTELLIGENTS

Nous n’aurions jamais associé démarreur à distance avec téléphone intelligent il y a cinq ans. Nous suivions l’évolution des communications sans fil selon notre intérêt. Savez-vous qu’au Canada, le trafic de données mobiles augmentera de 900 % entre 2013 et 2018 ce qui représente un taux de croissance annuelle composé de 54 % ? (Cisco, VNI Mobile Forecast Highlights, 2013-2018)

Il est clair que les téléphones intelligents sont ici pour rester et qu’ils continueront d’évoluer.

  • La pénétration des téléphones intelligents au Canada est, en ce moment, de 73 % (J.D. Power & Associates, Canadian Wireless Total Ownership Experience Study, 2014).
  • Plus de 27,9 millions de Canadiens possèdent un téléphone intelligent (CRTC, Communications Monitoring Report, 2014). La population au Canada, en 2013, était de 35,16 millions. Plus d’un ménage canadien sur cinq utilise uniquement des téléphones cellulaires comme service téléphonique.
  • En 2013, 21 % des ménages ont dé-
    claré n’utiliser que des téléphones cellulaires,
    en hausse comparativement à
    13 % en 2010. (Enquête sur le service
    téléphonique résidentiel, 2013, Statistiques
    Canada).
    • L’utilisation exclusive de téléphones cellulaires
    est plus marquée dans les jeunes
    ménages où tous les membres sont
    âgés de moins de 35 ans.
    En 2013, 21 % des ménages ont déclaré n’utiliser que des téléphones cellulaires, en hausse comparativement à 13 % en 2010. (Enquête sur le service téléphonique résidentiel, 2013, Statistiques Canada).
  • L’utilisation exclusive de téléphones cellulaires est plus marquée dans les jeunes ménages où tous les membres sont âgés de moins de 35 ans.

Partagez cette nouvelle!



Retour à la liste des billets du blogue